tragiccircus_prev

Tragic Circus

avec Cécile Guillot, Mathieu Guibé

« Mesdames et Messieurs ! Jouvenceaux et jouvencelles ! Petits et grands ! Approchez, approchez ! Venez assister à un spectacle unique en son genre. Notre cirque vous ouvre ses portes et dévoile ses mystères. »
À chaque prestation, les monstres de foire enchantent les spectateurs : l’enfant funambule, le dompteur de fauves et la charmeuse de serpents, clowns et jongleurs, sans oublier l’effroyable homme sans visage…
Mais que se passe-t-il au cirque Andreani une fois le rideau retombé ? Quels sombres tourments agitent les âmes et enflamment les cœurs ? À moins qu’il n’y ait à l’œuvre une magie pernicieuse… Cela, Cătălina, la nouvelle diseuse de bonne aventure, va tenter de le découvrir, mais même les Tarots ne sauraient la prémunir contre l’indéfectible fatalité…

 

UGS : 978-2-37568-033-9 Collection :

14,90€

Information complémentaire

Auteur(s) ,
Date de sortie

Avril 2017

Illustrateur
ISBN

978-2-37568-033-9

Nombre de pages

216

Version numérique
  • « Tragic Circus nous fait vivre un incroyable voyage, en forme d’aller simple, à travers nos joies et nos peurs ancestrales. Les plumes de Cécile Guillot et de Mathieu Guibé offrent un huis clos sous haute tension. J’ai été saisie (d’effroi) par la fin implacable, sans concession. Une pépite ! » Le calepin d’une lectrice
  • « Les deux auteurs ont réussi à créer deux ambiances à la fois sombre et lumineuse, noire et colorée. Un récit habillement structuré avec une pointe de mystère et de magie, équilibré et fluide, j’ai beaucoup aimé. Il se dégage de ces lignes une musicalité, une mélancolie, un romantisme, un fatalité et un parfum d’étrangeté qui collent très bien aux styles de Cécile Guillot et Mathieu Guibé. Une jolie réussite. J’ai hâte qu’ils nous écrivent à nouveau un récit à « 4 » mains. » Les découvertes de Dawn
  • « Les plumes et univers combinés des auteurs nous offrent un récit où la beauté côtoie l’innommable, où l’espoir est mis à rude épreuve par la jalousie, l’ambition et les regrets. » La Dryade Intersidérale